Activités culturelles

Cette page est rédigée par notre ami Louis-Marie PANDZOU, Enseignant / Chercheur et Médiateur culturel du Musée Ma Loango de Diosso, Congo




Contribution de MM. Louis-Marie PANDZOU et Gaspard NGOMA au 8ème Cours régional sur la Conservation et la Gestion du patrimoine culturel immobilier en Afrique
04 Septembre- 24 Novembre  2006; Cours Africa 2009, EPA, Porto Novo, Congo)



Thème : Le cadre législatif, institutionnel et administratif du patrimoine culturel et immobilier en Afrique sub-saharienne.
Cas du : Congo Brazzaville
Introduction
A l’instar de la plupart des colonies françaises, le Congo accède à la souveraineté nationale en 1960.
C’est à partir de cette époque qu’aux textes coloniaux commencèrent à se superposer les textes nationaux.

En effet, le nouvel Etat voulait affirmer son identité nationale par un cadre législatif et réglementaire adapté au nouveau contexte. Mais, l’Etat de droit naissant ne pouvait pas mettre en place son cadre juridique sans se mettre au diapason des textes internationaux.
Aussi, va-t-il commencer à ratifier les conventions internationales.

I/-  Le cadre législatif national

A ce jour, il n’existe pas encore de loi nationale spécifique régissant la gestion et la conservation du patrimoine culturel immobilier (PCI). Toutefois, de nombreux textes d’autres secteurs d’activités traitent de cette question.

Le premier d’entre eux, est la loi n° 32/65 du 12 août 1965 définissant les principes généraux d’organisation de l’enseignement qui, en son article 5, donne à l’Etat la possibilité de créer des organismes tendant au développement de la culture et des arts.
C’est grâce à ce texte qu’ont été ouverts à travers le pays des musées, des bibliothèques, le Centre national d’archives et de documentation (CNAD), le Centre de formation et de recherche d’arts dramatiques (CFRAD) et l’Ecole nationale des beaux-arts (ENBA). Certaines structures comme la célèbre Ecole de peinture de Poto-poto ont commencé à être prises en charges par le budget de l’Etat.

Le second texte, c’est la loi 021/88 du 17/09/1988 sur l’aménagement et l’urbanisme qui édicte les règles générales d’occupation et de gestion de l’espace urbain et rural.
Elle instaure la rédaction des règlements d’urbanisme pour des zones spécifiques (art. 20) et énonce la règlementation de l’acte de construire et, aussi, de celui de démolir (art. 27 et 28) tant en milieu ancien (historique) que dans les nouveaux lotissements.

Le troisième, c’est la loi n° 003/91 du 23 avril 1991 sur la protection de l’Environnement qui, à son article 1, 2ème alinéa, stipule : « la présente loi a pour objet, dans le ressort territorial des espaces aérien et terrestre et des eaux sous juridiction congolaise de gérer, maintenir, restaurer et protéger ou conserver les ressources naturelles, le patrimoine culturel naturel et historique. »
L’article 9 de cette loi stipule ce qui suit : « Le patrimoine culturel, historique et architectural est protégé par la loi. Un décret pris en Conseil des Ministres précise les conditions et les modalités de protection dudit patrimoine. »

La loi n° 16-2000 du 20 novembre 200 portant code forestier est, à ce jour, l’un des derniers textes qui traitent de la protection du PCI.
Il concerne spécifiquement le domaine forestier national avec pour souci principal de concilier l’exploitation des produits forestiers avec les exigences de conservation du patrimoine naturel.
Elle opère une classification qui prend en compte la protection du patrimoine naturel appelé « forêts de conservation naturelle » (article 8), sous la forme d’aires protégées et des parcs nationaux.

La loi n° 10- 2004 du 26 mars 2004 fixant les principes généraux applicables aux régimes domanial et foncier  décompose l’espace foncier national en foncier des personnes publiques et en patrimoine foncier des particuliers (article 2).
Grâce à elle, l’on peut désormais définir clairement le statut juridique et le propriétaire d’un bien classé.


II/-  Le cadre réglementaire 
  
Les décrets suivants permettent l’application des lois ci-dessus :
Décret n° 068/45 du 12 février 1968 fixant les modalités d’application de la loi 32/65 susvisée et qui consacre en ses articles 1,2 et 6 « la sauvegarde des témoins de l’héritage collectif de la nation congolaise par la collecte, la conservation, la recherche et l’éducation dans les domaines de l’archéologie, l’histoire, l’anthropologie culturelle et autres ».
Décret n° 91- 460 du 20 mai 1991 portant modification du décret 64- 181 du 20 mai 1964 relatif au permis de construire qui, en son article 31 instaure le refus d’autorisation de démolir pour les constructions classées et à son chapitre 8 (art. 32, 33, 34 et 35) fixe la procédure administrative applicable à la restauration des bâtiments.

III/-  Le cadre institutionnel
Dans le domaine de la gestion et de la conservation du PCI, le gouvernement de la République du Congo a mis en place un dispositif institutionnel reparti sur trois principaux ministères :
·         Le Ministères de la culture, des arts et du tourisme (principal acteur)
·         Le ministère de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat
·         Le Ministère de l’économie forestière chargé de l’environnement. 

Les attributions des structures de ces ministères responsabilisés pour ce secteur sont définies dans les décrets suivants :

Décret n° 98- 260 du 16 juillet 1998 portant attributions et organisation de la Direction générale de la culture et des arts. Créant la Direction du patrimoine et du développement culturel (DPDC), ce décret lui assigne les missions de sauvegarde et de valorisation du patrimoine matériel et immatériel ; y compris les monuments et les sites historiques (cf. article 5).

Décret n° 2003- 164 portant attributions et organisation de la Direction générale du développement urbain, de l’habitat et de l’architecture.
A son article 10, ce décret assigne à la direction de l’architecture, entre autres missions, celle de :
·         Contrôler et suivre les projets spécifiques exécutés en vue de la sauvegarde du patrimoine architectural et urbain ;
·         Assure le contrôle architectural de la restauration des édifices qui ont valeur de monuments historiques ou classés ;
·         Promouvoir et vulgariser la règlementation technique et les informations sur les sites classés, les monuments historiques et le patrimoine architectural et urbain.

Décret n° 98- 175 du 12 mai 1998 portant attributions et organisation de la Direction générale de l’économie forestière.
 Ce décret confirme l’existence au sein de cette direction générale d’une direction chargée des aires protégées qui a, entre autres missions, celles de :
·         Concevoir et proposer la règlementation en matière de gestion durable des aires protégées et veiller à son application ;
·         Participer à l’application des traités et des conventions internationaux ratifiés par le Congo dans les domaines de la faune, de la flore et des aires protégées ;
·         Entretenir des relations de coopération avec les organismes nationaux, régionaux et internationaux spécialisés dans le domaine de sa compétence.

IV/-  Les Conventions et Accords internationaux

Trois textes internationaux permettent d’appuyer l’action des pouvoirs publics congolais en matière de protection du patrimoine :

La Convention de l’Unesco de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel qui vise la sauvegarde des biens culturels et naturels inscrits sur la liste du patrimoine mondial.

La Convention de Washington du 03 mars 1973 sur le commerce international des espèces de la faune et de la flore menacées d’extinction qui protège les espèces animales et végétales des pays membres (art. 1).

L’Accord de Bangui du 24 février 1999 portant révision de l’accord de Bangui du 02 mars 1977 instituant une Organisation africaine de la propriété intellectuelle.
Ce texte porte sur la protection des droits d’auteur en règlementant aux articles 5 et 6 de l’annexe VII : l’exécution publique, la reproduction, la diffusion, la production, l’enregistrement et la représentation des biens de l’esprit (patrimoine immatériel).
Il insiste également, à l’article 72, sur la protection, la sauvegarde et la promotion du patrimoine immatériel.


V/-  Les faiblesses du cadre juridique et institutionnel du PCI congolais

Trois principales faiblesses sont à relever en matière de patrimoine culturel immobilier dans la législation congolaise :
     1)-  Le manque de liste indicative du patrimoine immobilier national
     2)- Le manque de textes spécifiques  (loi, décrets, arrêtés) portant protection du patrimoine culturel immobilier.
     3)-   Le manque de cadre juridique permettant une coordination et une cohésion entre les départements ministériels en charge de la gestion du patrimoine.

VI/-  Conclusion

Un projet de loi portant protection du patrimoine culturel et naturel est en chantier.

En attendant que ce texte soit adopté par l’Assemblée nationale, une note de service portant création d’une liste indicative du patrimoine immobilier a été signée par la Directrice générale de la culture et des arts.
Cette note sera bientôt entérinée par un arrêté ministériel.

Un décret portant création, attribution et fonctionnement de la Commission nationale du patrimoine est en cours de signature. Il permettra une meilleure coordination entre les départements en charge du Patrimoine.

Pour pallier la méconnaissance des textes juridiques par le grand public, avec l’appui financier de l’Unesco, la Direction du patrimoine et du développement culturel du Congo Brazzaville et l’Association pour la promotion des langues africaines (APROLAF) ont traduit, en kituba et lingala (les deux langues nationales du Congo Brazzaville), la Convention de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.
Ces deux traductions existent sous forme de brochures et de CD.   
  

         Par
Louis-Marie PANDZOU
Médiateur culturel
Chargé de la communication
Musée Mâ Loango de Diosso
Tel: (+242) 05 538 20 64  / (+242) 04 435 11 72
Pointe-Noire (Congo)

            Et
Gaspard NGOMA
Directeur de l’architecture
Ministère de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat
Tél : (+242) 05 589 60 04
E-mail : ngm_gas@yahoo.fr
Brazzaville (Congo)



COLLOQUE INTERNATIONAL DU TRICENTENAIRE DE LA MORT DE KIMPA VITA (1706-2014)





THEME: KIMPA VITA : ENTRE MEMOIRE ET HISTOIRE
PANEL V : Les mouvements messianiques et leurs effets dans les indépendances des pays africains
SOUS- THEME :   Les mouvements messianiques et leurs implications dans les indépendances des pays de l’Afrique : cas du Kimbanguisme au Congo-Belge et du Matswanisme au Congo-Français
RESUME DE LA COMMUNICATION
Il est un fait indéniable que la religion, et plus particulièrement le Christianisme, a joué un rôle non négligeable en faveur de la colonisation. C’est par le message de fraternité dont elle a fait son cheval de bataille que la religion a conquis les cœurs de bon nombre d’Africains et préparé le terrain à ceux qui avaient eu la prétention de nous apporter « les lumières de la civilisation » en nous colonisant.
 Mais, aussi paradoxal que cela puisse paraitre, c’est cette même religion qui a fourbi les armes de la destruction de la colonisation ; en ce sens qu’elle a enfanté « les illuminés de Dieu » qui ont été de véritables fossoyeurs de la colonisation et qui se sont battus jusqu'à leur dernier souffle pour l’édification d’un ordre socio-politico-religieux nouveau ; un ordre où ne régnera plus l’exploitation de l’homme par l’homme, où disparaitra à tout jamais toute forme d’oppression et de maltraitance du Noir par l’Homme blanc, un ordre où s’inversera la pyramide des rapports des forces entre le Blanc et le Noir.

PLAN DE LA COMMUNICATION
- Introduction
- Définition du messianisme
- Causes ou origines du messianisme au Congo-belge et au Congo-français
- Mission messianique de Simon KIMBANGU et André Grénard MATSWA
- Dans la continuité de l’œuvre de KIMBANGU et MATSWA

I-  INTRODUCTION
KIMPA VITA, l’héroïne dont nous célébrons la grandeur et commémorons la disparition aujourd’hui a laissé par ses hauts faits des marques indélébiles, elle a imprimé  par les actes qu’elle a posés au cours de son bref passage sur cette terre des hommes un sceau particulier à la Vie. Par son action, elle a suscité des émules de par le monde  des hommes et des femmes  à qui elle a transmis sa flamme et passé le témoin. 
Simon KIMBANGU, André Grenard MATSWA et bien d’autres dont on saurait donner la liste exhaustive ici sont de ceux-là. Ils sont des hommes qui ont préféré sacrifier leur vie pour le bien de l’humanité. Dans un esprit messianique, ils ont pris part active et se sont fortement impliqués dans les indépendances de leurs pays. C’est ce qui fait l’objet de ma communication ; communication où nous aborderons plus spécifiquement le cas du Kimbanguisme au Congo-Belge et du Matswanisme au Congo-Français.  

II- DEFINITION DU MESSIANISME
 Le mot « messianisme » vient du radical « messie » qui lui-même dérive du latin « messias » et de l’araméen « meshihâ » ou « mashia’h » et signifie « le Sacré », « l’Oint de Dieu » ou celui qui a été consacré par l’onction reçue du Seigneur par l’intermédiaire d’un prophète de Dieu (1).
Le messianisme est, pour ainsi dire, la croyance en la venue d’un Sauveur ou un Libérateur qui viendra mettre fin à l’ordre présent des choses et instaurera un nouvel ordre où règneront la paix, la justice, l’égalité, le bonheur et la prospérité (2).
Ainsi, parlera-t-on de :
-  Messianisme juif : qui croit au retour du prophète Elie et à l’avènement du Messie « Jésus ».
-  L’eschatologie islamique : qui croit au second avènement du Mahdi (l’envoyé d’Allah qui viendra à la fin du temps pour instaurer le règne de la justice et du pur islam) et de « Isa » ou Jésus.
-  L’eschatologie bouddhiste : qui croit à l’avènement du Maitreya

(1)    et (2), cf. Petit Larousse illustré 1995.

III- ORIGINES DU MESSIANISME AU CONGO-BELGE ET AU CONGO-FRANCAIS
Les sources du messianisme au Congo-belge et au Congo-français remontent depuis le Royaume Kongo. En effet, c’est KIMPA VITA- cette jeune fille initiée aux rites traditionnels kongo et baptisée dans l’église chrétienne- qui a été l’une de ceux qui ont porté haut la flamme du messianisme africain, avant qu’elle ne soit reprise par Simon KIMBANGU et bien d’autres après lui.
Le messianisme au Congo-belge et au Congo-français est né dans l’esprit des « illuminés de Dieu »  du fait de la complicité entre le colonisateur et le missionnaire, des frustrations générées par la colonisation (brimades, contraintes, violences et sévices) et de l’aspiration à une vie meilleure.
Une citation résume assez bien à notre humble avis le rapport ‘ religion-colonisation’ : « D’abord les explorateurs, puis les missionnaires, puis finalement les soldats ». Ce qui revient à dire qu’après que l’explorateur soit allé à la conquête de l’Afrique, le missionnaire est arrivé par la suite pour baliser le terrain au colonisateur. Le missionnaire a apporté un message évangélique fraternaliste qui a fait que l’indigène l’accepte comme son propre frère. Il est allé jusqu’à adapter ce message évangélique aux réalités des nègres. Il s’est fait nègre avec les nègres. Il est allé jusqu’à signer un pacte de sang avec eux. Monseigneur AUGOUARD écrit à ce sujet : « En 1890, le Père Olivier ALLAIRE, de passage dans le village du chef Bétou , avait été attaqué et a failli y perdre la vie. Deux ans après, je me présentai moi-même à ce village, avec le Père Jules REMY, qui devait être le premier missionnaire de cette féroce tribu à la mission de Bangui. Naturellement, j’eus la curiosité d’aller voir ce fameux chef Bétou qui avait été, depuis lors, visité par d’autres Européens. La conversation se prolongea longtemps, et le résultat fut que, de part et d’autre, on se jura d’amitié. Pour sceller cette amitié, le chef me proposa de devenir son frère de sang, car, après cette cérémonie, toute guerre devient impossible entre frères de ce nouveau genre. Une légère incision fit jaillir une goutte de sang du bras de droit des deux partenaires, et le sang ayant été mêlé, la fraternité devenait indissoluble » (3).
Le missionnaire s’est vraiment fondu aux peuples qu’il évangélisait au point où ses rapports avec ces derniers étaient facilités. Et quand le missionnaire s’est investi pleinement dans l’éducation, la santé, le social, il s’est attiré davantage la sympathie ; donnant l’impression d’œuvrer pour son bien, pour son développement. Mais en réalité, le missionnaire et le colonisateur faisaient cause commune. Ils étaient tous les deux complices. Pour bien asseoir la mission, le colonisateur s’est fait le pourvoyeur des fonds du missionnaire. Il a aussi assuré sécurité et protection pour permettre au missionnaire d’apporter la « Bonne Nouvelle » jusque dans les plus petits recoins.
 (3)   Mgr AUGOUARD, Trente-six années au Congo, Poitiers, 1934, p. 407
En retour, le missionnaire se devait d’être l’oreille du colonisateur, son informateur par excellence. C’est ce qui a d’ailleurs fait que le missionnaire soit allé jusqu’à trahir son serment ; en ce sens que la moindre information soufflée par un fidèle à un prêtre dans le secret du confessionnal parvenait dans les minutes qui suivaient aux oreilles de l’Administrateur colonial.
Le missionnaire n’était donc pas qu’un serviteur de Dieu, mais bien plus un homme au service de la France, du Portugal ou de la Belgique (selon qu’il servait au Congo-français, au Congo-belge ou en Angola).
Le rôle du missionnaire était par conséquent éminemment politique. La seule différence entre lui et le colonisateur ne tenait qu’au fait qu’il s’est servi des méthodes pacifistes et persuasives, alors que le colonisateur est allé jusqu’à user des méthodes peu recommandables, coercitives et violentes pour s’imposer. Brimades, corvées, travaux forcés, bastonnades, emprisonnements, tortures et parfois même tueries étaient la stratégie pour laquelle le colonisateur avait opté pour faire peur et dicter sa loi. C’est contre toutes ces formes d’injustices que KIMPA VITA et Simon KIMBANGU se sont insurgés. C’est ce qui les a poussés à se porter comme les guides de leurs frères et sœurs de sang, à susciter leur éveil de conscience dans la perspective de l’édification d’un nouvel Ordre social.   
 

 IV- MISSION MESSIANIQUE DE SIMON KIMBANGU
Avant d’aborder ce point, il convient de repréciser que Simon KIMBANGU est le fidèle continuateur de l’œuvre de KIMPA VITA. Et comme par hasard, le sort auquel étaient destinés ces deux « conducteurs de troupeau » étaient comme gravés dans leurs anthroponymes.
En effet, l’anthroponyme « KIMPA VITA » est constitué de deux substantifs : kimpa et vita. « Kimpa » veut dire ‘le jeu’ et « vita » ou « mvita » désigne la lutte ou la guerre. A la vérité, les deux s’opposent et ne peuvent être associés. Car, la lutte ou la guerre est violente et barbare, alors que le jeu est avant tout plaisant et amical. Même pour les jeux de combat. La question qui nous vient à l’esprit est celle de savoir pourquoi avoir mis ensemble et côte à côte deux mots contraires pour constituer l’anthroponyme de cette héroïne. C’est, à ce qu’il nous semble, parce qu’elle a été destinée dès sa naissance à lutter ; non pas de la même que le ferait un militaire à la tête d’une armée, mais en menant un combat « soft » qui ne la compromettrait et ne la souillerait pour rien au monde jusqu’à la victoire finale.
Pour KIMBANGU aussi le destin est tout tracé et gravé dans son patronyme. L’anthroponyme « Kimbangu » semble dériver de « mbangu » et « mbangi ».
-          Mbangu est un nom qui fait penser au panier ou la petite corbeille qui sert à faire sécher ou conserver les produits de la pêche ou de la chasse. En fait, l’anthroponyme « Kimbangu » désigne le réceptacle sur lequel s’est posé l’Esprit-saint, celui sous la conduite du Saint-Esprit  et de Jésus-Christ -et non de son propre chef- a « révélé le sens des choses cachées » (4) et a pris à-bras-le corps la mission de conduire le troupeau de Dieu. Comme il aimait à le répéter lui-même Simon KIMBANGU : « Le Christ que les missionnaires nous ont révélé est Celui duquel je reçois ma mission et ma force. Il faut croire en Lui et mettre en pratique ses enseignements » (5).
-          Mbangi est un substantif qui veut dire le témoin. En effet, c’est pour rendre témoignage de Jésus-Christ que Simon KIMBANGU a exercé son ministère : « Les thèmes de prédication de Simon KIMBANGU étaient surtout un puissant témoignage sur le Christ, le Messie. KIMBANGU estimait avec force qu’il n’y avait de salut qu’en Jésus-Christ, rédempteur universel de l’humanité » (6).
C’est par la grâce de Jésus-Christ et du Saint-Esprit qu’il a accompli des miracles : faire marcher les paralytiques, faire recouvrer la vue aux aveugles, faire entendre les sourds, redonner la parole aux muets, ressusciter les morts…
C’est aussi sous la mouvance de Jésus-Christ et du Saint-Esprit qu’il s’est porté à la tête de ses frères, allant même jusqu’à braver le colonisateur en  proclamant haut et fort : « Ndombe si kakala mundele, mundele si kakala ndombe » (L’Homme noir deviendra le Blanc et le Blanc deviendra Noir). Simon KIMBANGU est  allé jusqu’à prédire la fin imminente de l’ordre des choses et le renversement de la pyramide des rapports des forces : «Aujourd’hui, nous sommes encore persécutés, mais au temps fixé par le Seigneur, les Blancs deviendront des Noirs et les Noirs des Blancs ; c’est-à-dire que nous assumerons les fonctions que ceux-ci exercent chez nous aujourd’hui, tandis qu’ils se verront contraints de se soumettre à nos décisions. Nous serons chez nous comme ils le sont chez eux » (7).      
Simon KIMBANGU ne croyait pas si bien dire. Car, il était à cent lieues de s’imaginer qu’un jour la Nation la plus puissante du monde aurait à sa tête un Noir « Barack OBAMA ». Il ne s’imaginait certainement pas un seul instant qu’il sortirait un jour des entrailles de l’Afrique un digne Fils  « Nelson MANDELA »qui ferait l’unanimité universelle autour de sa personne et dont la Terre toute entière reconnaîtrait la grandeur et la valeur.
Simon KIMBANGU n’avait cessé d’attirer une foule des fidèles à Nkamba et  voyait sa cote de popularité augmenter de plus en plus. Ce qui lui attira de sérieux ennuis et a fait qu’il se mette à dos commerçants, églises (catholique et protestante) et l’administration coloniale. Accusé d’hérésie, de sédition et de subversion, il a été plus d’une fois arrêté et jeté en prison. Il y a d’ailleurs passé plus de trois décennies, après avoir été condamné à la peine capitale par un tribunal militaire ; peine que le Roi des Belges a commuée en prison en perpétuité.
(4), (5), (6) et (7)  Diangienda Kuntima, l’Histoire du Kimbanguisme
Après la mort de Simon KIMBANGU, ses fidèles ont perpétué son action. Mais, leur mouvement a été considéré par l’autorité coloniale comme un mouvement subversif, acquis à la cause des Noirs et hostiles aux Blancs : « L’Administrateur colonial estime qu’il est nécessaire de combattre Simon KIMBANGU parce que la tendance de son mouvement est pan-nègre et qu’il pourrait orienter l’esprit des natifs vers l’hostilité envers la race blanche »(8).
. Longtemps persécutés et envoyés dans les camps de relégation, ils durent mener leurs activités dans la clandestinité.Ce n’est que plus tard le 24 décembre 1959, quelques six mois avant que la République démocratique du Congo n’accède à l’indépendance, que ce mouvement fut reconnu officiellement par la Chambre des représentants et au Sénat de Belgique. Il devint l’E.J.C.S.K (l’Eglise de Jésus-Christ sur Terre par le Prophète Simon KIMBANGU).
Le rapprochement de ces événements (l’indépendance et la reconnaissance de l’E.J.C.S.K.) n’est pas fortuit. Il montre à juste titre l’implication du kimbanguisme dans l’indépendance de la République démocratique du Congo.


V-                 MISSION MESSIANIQUE D’ANDRE GRENARD MATSWA (1899-1942)
Au Congo voisin, KIMPA VITA a aussi fait un émule, en la personne d’André Grenard MATSWA. Originaire du département du Pool (à quelques encablures de la capitale Brazzaville), André Grenard MATSWA fut élevé dans la religion catholique. Devenu catéchiste à la mission de KINDAMBA, il jouit d’une grande popularité auprès des villageois et des employés de la mission. Mais très vite, il abandonne son apostolat pour s’intéresser à la politique ; notamment au problème de la colonisation et des rapports entre Blancs et Noirs.    Il fait montre d’une connaissance qui étonne plus d’un sur les problèmes politiques du Pool et du Moyen-Congo.
Emigré en France, il intègre en 1924 l’armée française dans le 22ème Régiment des Tirailleurs sénégalais, sert par la suite pendant la Guerre du RIF et obtient le grade de sous-officier. Il participe à certaines associations d’aide aux Africains émigrés en France et mouvements de défense de la « race nègre ». Il fréquente avec d’autres émigrés intellectuels Noirs les cercles libéraux parisiens. Influencé par les idées de ces milieux, il crée en 1926 depuis la France « l’Amicale des originaires de l’Afrique équatoriale française (A.E.F.)» ; amicale connue au Congo sous le nom de « Mikalé ». Le but de cette association est de former une élite africaine, en général, et congolaise en particulier qui travaillerait pour hâter l’évolution de de l’Afrique centrale et d’entamer le dialogue avec le gouvernement colonial en vue de l’obtention de l’indépendance par des moyens pacifistes.
(8), Diangienda Kuntima, l’Histoire du Kimbanguisme
Des délégués de l’Amicale sont envoyés au Congo pour faire connaître les buts de l’Amicale : « En 1929,deux délégués de l’Amicale entreprennent une tournée au Congo, en pays lari. Ils obtiennent un grand succès, avec de nombreuses adhésions et collecte des côtisations. Mais, leur propos ont pris une allure politique dont s’inquiètent les autorités françaises ». (9) Mais, ils sont arrêtés.
En France, André Grenard MATSWA adresse deux lettres au Président du Conseil, où il dénonce les abus de la colonisation et demande un changement dans la politique coloniale. Il est lui-même arrêté et transféré à Brazzaville. Son procès a lieu à Brazzaville en Avril 1930. Il est condamné. Lui et ses compagnons sont déportés à Fort Lamy au Tchad. Ce qui provoque des mouvements de grève et de contestations à Brazzaville. Ces troubles menacent la ville de Pointe-Noire au point où l’administration coloniale en arrive à réprimer et arrêter à tour de bras ceux qui sont cités comme les meneurs des troubles. Raphaël ANTONETTI, Gouverneur de l’époque, dissout l’Amicale qui désormais opère dans la clandestinité. Ce qui n’arrange en rien les choses et ouvre plutôt une crise : « La crise, ouverte entre colonisés et colonisateurs par le procès de Grenard et la dissolution de l’Amicale, demeure latente » écrira plus tard M. SINDA(9).
Vis-à-vis de l’administration coloniale et de la mission catholique, la méfiance se transforme en un refus total de collaboration. Les Amicalistes s’engagent dans un mouvement de désobéissance qui implique le refus d’avoir une carte d’identité ou un passeport, le refus de voter, le refus de payer les trois francs d’impôt nécessaires à la création d’un fonds d’aide spéciale pour le financement des outils agricoles et des camions. Le refus entraîne des opérations de répression, des exactions et l’envoi en exil de certains chefs.              
Entre-temps, MATSWA s’est échappé de prison au Tchad. Après plusieurs pérégrinations dans la clandestinité (au Nigéria, au Tchad, en Centrafrique et au Congo-belge) et aidé par les cotisations des Amicalistes, il retourne à Paris sous le nom codé de « André KIVOUKISSI » (André le Libérateur ou le Sauveur). Il s’engage une nouvelle fois dans l’armée française en 1939. Blessé au front en 1940, soigné à Paris, il tente de repartir à la guerre. Mais, il est arrêté le 03 Avril 1940. Extradé au Congo, condamné aux travaux à perpétuité en 1941, il meurt dans les conditions encore obscures dans la prison de MAYAMA en janvier 1942. Cette mort discrète a longtemps alimenté la légende, le mythe et le culte de sa personne. Aujourd’hui encore, bon nombre de ses sympathisants refusent d’admettre sa mort et continuent d’attendre son retour. MATSWA a été transformé en un martyr ou , même à la limite, en un « messie » dont on attend toujours le retour.
(9) Jean ERNOULT, Les Spiritains au Congo de 1865 à nos jours, Matériauxpour une Histoitre de l’Egkise au Congo
A y regarder de près, le mouvement de MATSWA est beaucoup plus politique. Le point de jonction entre lui et Simon KIMBANGU est que tous les deux :
- Ont été élevés dans la foi chrétienne ;
- Ont pris une part active dans la lutte contre la colonisation
Aujourd’hui encore, bien d’hommes politiques et intellectuels continuent de se réclamer « dignes héritiers » d’André Grenard MATSWA.  

VI- DANS LA CONTINUITE DE L’ŒUVRE DE SIMON KIMBANGU ET D’ANDRE GRENARD MATSWA  
Simon KIMBANGU et André Grenard MATSWA ont suscité des hommes qui ont porté haut leur flamme. Non plus en dirigeant leur combat vers le colonisateur blanc, mais cette fois-ci vers certaines formes d’asservissement moral ou physique. Parmi les hommes qui ont mené ce combat, figure en bonne place MALANDA Croix-Koma.
En effet, Ta MALANDA (Victor MALANDA de son vrai nom) est le fondateur du mouvement « Croix-Koma ». Catholique, baptisé, membre de la Légion de Marie, il reçoit de Saint Antoine qui lui est apparu la mission de renoncer à tout. Il abandonne le jardinage pour se consacrer à sa vocation de guérir et de soigner.
Le mouvement qu’il crée porte un nom très évocateur de « Croix-koma ».
 Le mot « croix » fait  penser à la crucifixion de Jésus-Christ. « Koma » vient du verbe « kukoma » (enfoncer ou clouer). « Croix-koma » voudra certainement dire « Je renonce à la sorcellerie sinon la croix de Jésus me clouera » (10).
En fait, ce mouvement a pratiqué « la désorcellisation ». Le magicien noir qui se rendait à Nkankata (village de Ta Malanda) déposait  tous ses « minkisi » ou sortilèges et faisait le serment de « renonciation » à toute pratique de sorcellerie, à tout nouveau contrat avec un « nkuyu » ou esprit maléfique. Toute forme de parjure exposait le sorcier à des représailles mortelles venant d’une magie plus puissante : celle de Jésus-Christ et de son église.
Victor MALANDA a débarrassé bon nombre de familles des objets rituels qui les décimaient. Il a mené un combat acharné contre toutes les pratiques de magie noire et de sorcellerie.  Son mouvement ne s’est pas inscrit dans un processus politique, mais a eu le mérite de lutter contre tout ce qui a tendance à tirer l’Homme noir vers le bas et à retarder son développement : « Personne ne conteste la loyauté et l’honnêteté de Ta MALANDA qui déclare n’être pas un prophète comme Simon KIMBANGU, ni de vouloir se mêler de politique, mais accomplir la mission qu’il a personnellement reçue de Dieu de délivrer son peuple » (11).
On ne saurait dénier donc le caractère totalement messianique de ce mouvement qui a de commun avec le phénomène de messianisme la volonté d’édifier un Ordre nouveau, de mettre fin à tout ce qui tire l’Homme noir vers le bas, à la sorcellerie et  la magie, en transférant à Dieu le pouvoir découvrir et de punir « les brebis galeuses ».
VII-  CONCLUSION
Plusieurs hommes de Dieu ont  eu la même veine de consacrer leur vie soit à la lutte pour l’édification d’un nouvel Ordre social ou contre toutes les pesanteurs socio-culturelles sont de véritables freins au décollage de l’Homme noir. On aurait pu citer dans cette optique : Simon Zéphirin LASSY (avec le lassysme ou le bougisme), le pasteur NDOUNDOU, Guy Emile LOUFOUA CETIKOUABO…et tous ceux qui appartenant au monde religieux se sont préoccupés du développement de l’Afrique. Aujourd’hui, les acteurs du développement de l’Afrique ne sont plus que religieux ou du monde spirituel. Ce sont aussi les acteurs politiques, les religieux, les culturels… Bref chacun de nous, dans quelle qu’activité qu’il exerce, à quelle qu’échelle de prise de décision qu’il se trouve, a son rôle et sa partition à jouer, sa pierre à apporter à l’édification de nos nations et à la transformation de la planète Terre en paradis. 
(10) et (11) Jean ERNOULT, Les Spiritains au Congo de 1865 à nos jours, Matériaux pour une Histoire de l’Eglise au Congo



NOTES BILIOGRAPHIQUES
-  Petit Larousse illustré 1995
-  Jean ERNOULT, Les Spiritains au Congo de 1865 à nos jours, Matériaux pour une Histoire de l’Eglise au Congo
-  DIANGIENDA KUNTIMA, l’Histoire du Kimbanguisme
-  Mgr AUGOUARD, Trente-six années au Congo, Poitiers, 1934.

  

          Par

Louis-Marie PANDZOU
Enseignant / Chercheur
Médiateur culturel
Musée Ma Loango de Diosso
Tel : +242 05 538 20 64 / (+242) 04 435 11 72
            museenat.congo@yahoo.fr
Pointe-Noire
Congo





Mme Elikia, M. Ambwila, Louis Marie Pandzou,




CONTRIBUTION AU SEMINAIRE DE L’ICCROM SUR L’ELABORATION DES FUTURES SRTATEGIES POUR LE PARTAGE DES DECISIONS SUR LA CONSERVATION
 
        (Sharing conservation decision seminar –Rome 2008)








Thème : Les défis posés par l’élargissement continu de la notion du Patrimoine
INTRODUCTION
Le Congo n’est pas seulement riche de son pétrole, mais aussi de son patrimoine culturel divers et varié.
S’il est vrai que le souci des acteurs culturels c’est de faire du patrimoine culturel un levier du développement. Il est vrai que la tâche pour y arriver ne leur est pas facile.
Car, autant la notion du patrimoine culturel ne cesse de se complexifier et de s’ouvrir à d’autres domaines, autant le commun des Congolais ne se l’est pas encore approprié ou mieux cette notion est encore peu ou pas suffisamment connue par eux.
Ce qui ne rend pas la tâche facile aux acteurs culturels et implique de nombreux défis de leur part.
La question qu’on ne peut manquer de se poser c’est celle de savoir si la Communauté de la conservation du patrimoine au Congo est préparée aux défis que posent la complexification et l’élargissement de la notion du patrimoine.
Et comment s’y prend-elle ?
Nous allons tenter de répondre à cette question en s’appuyant sur l’expérience du Congo et en montrant que les initiatives et les actions menées dans notre Pays attestent bien que les acteurs impliqués dans la conservation du Patrimoine culturel ont conscience de la délicatesse de leur mission et qu’ils sont prêts et préparés à en relever les nombreux défis.
Pour ce faire, notre contribution s’articulera autour des axes suivants :
- Bref aperçu sur le Congo
- Stratégies mises en place pour mieux conserver et valoriser le Patrimoine culturel du Congo
     a)- Renforcement du cadre législatif et juridique du Patrimoine culturel
     b)- Méthodes de travail des acteurs culturels
- Conclusion

I/- BREF APERCU SUR LE CONGO
1-      Situation géographique, administrative et linguistique du Congo
Situé au cœur de l’Afrique, la République du Congo s’étend sur 342.000 km2.
Il est limité au nord par le Cameroun et la République centrafricaine,, au sud par l’Angola et la République démocratique du Congo, à l’est par le Gabon et à l’ouest par l’Océan atlantique.
Sa capitale, Brazzaville, est baignée par le fleuve Congo, le plus puissant fleuve du monde après l’Amazonie.
Ce qui constitue la frontière naturelle entre Brazzaville et Kinshasa, et fait de ces deux capitales les villes les plus rapprochées du monde.
Le Congo possède douze départements qui sont : le Kouilou, Pointe-Noire (qui est aussi la capitale économique du Congo), le Niari, la Bouenza, la Lékoumou, le Pool, Brazzaville, les Plateaux, la Cuvette, la Cuvette-ouest, la Sangha et la Likouala.
Le Congo est caractérisé par une diversité ethnique et linguistique. Les quatre-vingt ethnies qu’il compte peuvent être regroupées en huit grands groupes ethniques qui sont : Kongo, Téké, Mbochi ou Mbosi, Echira, Oubanguiens, Sangha et Mekée.
Les langues nationales du Congo sont ; le kituba (langue du sud) et le lingala (langue du nord).
La langue officielle est le français, langue pédagogique par excellence et par conséquent langue de l’élite congolaise.
2-  Le Patrimoine culturel du Congo 
Le Patrimoine culturel du Congo est riche et diversifié.
Il est constitué :
- Des sites historiques (ex : la Baie de Loango, la Cité royale de Mbé)
- Des sites naturels (ex : le Parc d’Odzala, la Réserve de Conkouati-Douli) 
- Des monuments naturels (ex : Ekoti ya Monseigneur)
- Des monuments architecturaux (ex : la Basilique Sainte-Anne)

Sites proposés sur la liste indicative

a)- Sites naturels
- Réserve naturelle de Conkouati-Douli (Département du Kouilou)
- Parc national Nouabalé-Ndoki (Département de la Sangha et de la Likouala)
- Parc national d’Odzala-Kokoua (Départements de la Cuvette-ouest et de la Sangha)

b)- Sites culturels
- Domaine royal de Mbé
- Ancien port d’embarquement des esclaves de Loango.
Qu’il soit dit en passant, pour revenir sur les questions des sites inscrits sur la liste indicative du Congo, que pour s’inscrire dans l’optique des acquis du Séminaire de validation de cette liste indicative, il se tiendra à Pointe-Noire, un atelier international de « Préparation des propositions d’inscription sur la liste du Patrimoine mondial». Atelier qui connaîtra la participation de plusieurs pays d’Afrique au sud du Sahara (notamment : l’Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Congo, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Sénégal et le Togo).
Atelier au cours duquel les participants des pays représentés présenteront des dossiers des sites qu’ils comptent proposer à l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial et profiteront de l’éclairage des experts de l’Ecole du patrimoine Africain et du Centre du Patrimoine Mondial pour affiner et améliorer leurs dossiers, de sorte qu’à un autre atelier ces dossiers soient plus élaborés et plus étoffés.

II/- STRATEGIES MISES EN PLACE POUR MIEUX CONSERVER ET VALORISER LE PATRIMOINE CULTUREL DU CONGO
Au nombre de ces stratégies, nous pouvons citer : « le renforcement du cadre législatif et juridique du Patrimoine ».
Deux grandes décisions ont été prises dans ce sens au Ministère de la culture et des arts, à savoir :
La Loi sur le Patrimoine :
Elle définit clairement le patrimoine culturel et prévoit les mesures nécessaires pour sa conservation.
Le décret portant création d’un nouvel organigramme du Ministère de la culture et des arts
Il vise à déconcentrer et diversifier les centres de prise de décision et à créer de nouvelles structures de prise de décision.
Cela a pour but d’éviter les conflits de compétences, de donner un peu plus de marge de manœuvre aux décideurs en matière de conservation du patrimoine, et aussi de rendre la prise de décision la plus efficace possible.
 Ainsi, viennent d’être créées trois directions générales, à savoir :
La direction générale du patrimoine et des archives;
La direction générale des arts et lettres;
La direction générale du livre et de lecture publique.
Ce qui crée, du même coup, trente directions départementales pour tous les dix départements que compte le pays.

III/- METHODES DE TRAVAIL DES ACTEURS CULTURELS
Parmi ces méthodes, nous pouvons citer :
- Le Partage des décisions
En effet, concentrer tout le pouvoir de prise de décision entre les mains d’un individu est aussi dangereux que travailler en vase clos.
Voilà pourquoi, pour le classement des sites du domaine royal de Mbé et de l’Ancien port d’embarquement des esclaves de Loango, l’expertise de tous les acteurs culturels a été sollicitée.
Toutes les compétences doivent être mises à contribution. Tout le monde se doit de travailler en équipe et en étroite collaboration. Les décisions se doivent d’être partagées et transmises d’un palier à l’autre de l’échelle jusqu’au niveau le plus élevé, le niveau le plus déterminant de la prise de décision.
L’utilisation à bon escient des compétences existantes
Pour travailler en équipe, il faut des compétences disponibles, des cadres qualifiés. Or, le talon d’Achille ou mieux le point faible du Ministère de la culture et des arts c’est l’insuffisance des cadres formés dans le domaine de la conservation du Patrimoine.
Une aide dans le cadre de la formation nous serait salutaire.
Mais en attendant pour pallier cette difficulté, les acteurs culturels du Congo ont opté pour deux solutions :
a)- L’initiation des séminaires de formation dans les départements à l’endroit des potentiels acteurs culturels :
Etant entendu que des musées doivent être créés dans les départements où ils n’existent pas encore, ces séminaires visent à donner à ces acteurs culturels des rudiments nécessaires pour le travail.
Qu’il soit dit en passant que le Directeur général du patrimoine et des archives et le Directeur des musées et monuments historiques se démènent depuis un certain pour trouver des financements et organiser ces genres de formation.
b)- L’utilisation à bon escient des compétences existantes :
Les nouvelles structures créées nécessitent des professionnels.
Dans cette optique, des nominations sont en train de se faire pour mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, et utiliser à bon escient le peu de cadres formés qui sont disponibles.
c)- Le recours aux compétences d’autres ministères :
De temps en temps, le Ministère de la culture et des arts fait recours aux compétences d’autres ministères.
C’est ce qui explique cette collaboration avec : M. Gaspard NGOMA (Directeur d’architecture au Ministère de l’urbanisme et de l’habitat, avec les compétences du Ministère de l’économie forestière, avec les professeurs d’Histoire et Géographie de l’’Université Marien Ngouabi, avec les hommes de la presse (journalistes de la radio et de la télévision), avec les juristes…
Qu’il soit dit en passant qu’il aurait été préférable que le Ministère de la culture et des arts ait ses propres communicateurs, juristes qui travailleraient de façon permanente pour lui, plutôt que de sous-traiter les cadres qui viennent d’ailleurs.
d)- La création des antennes de Sida dans les ministères :
Face aux défis du Sida avec les patrimoines, des antennes du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS) ont été placés dans tous les ministères, et plus particulièrement au niveau du Ministère de la culture et des arts.

CONCLUSION
Toute cette batterie des mesures montrent bien que les acteurs culturels du Congo ont bel et bien conscience de l’ampleur et de la difficulté de la mission qui est la leur.
Ils ont le cœur à la tâche.
C’est pour cette raison que plutôt d’attendre des solutions providentielles, ils essaient avec les moyens de bord qui sont les leurs de contourner et de vaincre la difficulté.
Pourvu que les autres patrimoniteurs du monde entier se joignent à leur combat et partagent avec eux cette noble et exaltante passion.

Louis-Marie PANDZOU, contribution de 2008.
Médiateur culturel
Chargé de la communication
Musée Mâ Loango de Diosso
Pointe-Noire
Congo






BREF APERCU HISTORIQUE SUR LE ROYAUME DE LOANGO ET SES DEUX VILLES PHARES « DIOSSO » ET « LOANGO »
On ne peut pas parler de Loango et Diosso sans évoquer le Royaume de Loango auquel ces deux agglomérations appartenaient.
En effet, c’est vers 1490- après avoir découvert l’embouchure du fleuve Congo en 1482 et le grand Royaume Kongo en 1484- que les Portugais découvrent la baie de Loango (ancien Port du Royaume).
Vassal du grand Royaume Kongo, le Royaume de Loango devient indépendant et s’affranchit du Royaume Kongo auquel il versait autrefois un tribut en 1587.
Le Royaume de Loango était situé à l’ouest de l’Afrique centrale et s’étendait, à son apogée, du nord au sud du Cap Lopez (actuel Port Gentil au sud du Gabon) jusqu’à l’embouchure du fleuve Congo.
En direction de l’est, il se prolongeait au-delà du massif du Mayombe.
Le Royaume de Loango était divisé en sept provinces qui sont : Loandjili, Mpili, Tchilunga, Ngokanu, Yombe, Nkugni-mbanza et Ngokango.
Le Mâ Loango (Roi de Loango) exerçait une autorité sur les sept provinces. C’est ce qu’illustre le proverbe vili suivant : « Likanda li koko lisimba mbota sambwali » (la paume de la main qui tient sept étoiles).
Entre le XVème et le XVI ème siècle, le Royaume de Loango est une entité pluriethnique. Il est peuplé des ethnies suivantes :
-       les Yombe, les Kugni, les Vili (du groupe linguistique Kongo)
-       le Lumbu (du groupe linguistique Echira).
A côté de ces ethnies, on trouve aussi la présence des pygmées « Bongo » dont l’influence est loin d’être négligeable.
Diosso, ou Bwali (« deux », en langue locale) est la capitale du Royaume.
En fait, de la même façon que Rome fut fondée par deux jumeaux « Romulus et Rémus », de cette même façon « Diosso » qui vient de « dios » (« deux » en langue espagnole) a été fondée par deux hommes.
Loango était le centre administratif et économique du Royaume, un carrefour commercial important en tant que point de départ et d’aboutissement d’itinéraires multiples, desservant une grande partie de l’Afrique centrale ; vers l’intérieur du Royaume et des royaumes voisins par la piste des caravanes, de Loango à Brazzaville ; vers le sud-est en direction de Sao Salvador jusqu’à Matamba, vers le sud jusqu’à Luanda, et vers le nord en direction de Mayumba et de l’actuel Gabon.
Le Port de Loango était ainsi le carrefour de tous les esclaves originaires d’une partie du Golfe de Guinée : plus de deux millions d’esclaves ont transité par le site de Loango.
La piste des caravanes reliait Bwali ou Diosso au Port de Brazzaville.
Au Port de Loango se concentraient les hangars et les magasins.
Deux débarcadères permettaient d’accoster et de décharger les passagers et les marchandises ; l’un était réservé à l’administration, l’autre aux entreprises privées. 
Loango formait une agglomération dynamique qui s’efforçait de répondre aux besoins des échanges commerciaux.
Un centre administratif y était installé avec un bureau des douanes, un tribunal, une gendarmerie, un centre postal, un hôpital et une mission catholique.



PRESENTATION DU MUSEE MÂ LOANGO (Pointe Noire, Congo - Brazza)





Le Musée régional Mâ Loango est situé à 25 km au nord de Pointe-Noire sur la route du Bas-Kouilou.

Ce bâtiment fut réalisé en 1952 pendant le règne de Moe POATY III, Mâ Loango ou roi de Loango, qui régna de 1931 à 1975.

Moe POATY III intégra le palais résidentiel en 1954 et y vécut jusqu’à sa mort le 03 mai 1975.

Après la mort, la royauté étant abolie par les autorités congolaises du fait du marxisme-léninisme, le bâtiment reste inutilisé pendant six (06) ans.

En 1982, sous la pression des autorités congolaises en général et du Ministère de la culture et des arts en particulier, l’ex-résidence royale est transformée en l’actuel Musée Mâ Loango qui sera inauguré le 10 avril 1982 par Jean-Baptiste LOUTARD, ministre des enseignements secondaire et supérieur, de la culture et des arts d’alors.

La fonction de ce musée est de recueillir, de faire connaître et de promouvoir les objets et les témoignages présentant un intérêt historique, technique, scientifique et artistique pour les communautés ethniques et sociales, et ce afin d’avoir une source d’information, d’enseignement et d’éducation sur la culture congolaise.

Ce musée comprend :
-          Sept (07) salles d’exposition ;
-          Un (01) espace servant de bureau pour l’administration
-          Une (01) salle de réserve où sont stockés les doubles des objets exposés.

Le Musée Mâ Loango est un musée historique qui rappelle l’histoire du royaume d Loango et de la traite négrière.


Il compte dix (10) collections spéciales qui réunissent près de cinq cents (500) objets constitués de :
-          Outils de travail agricole (houes, haches, couteaux…) ;
-          Parures et vêtements traditionnels (pagnes et coiffures en raphia…) ;
-          Mobilier et ustensiles domestiques ;
-          Armes et pièges traditionnels pour la pêche et la chasse;
-          Moyens de transport et de communication ;
-          Monnaies et outils d’échange traditionnel ;
-          Objets de culte traditionnel ;
-          Instruments de musique traditionnelle ;
-          Photo (portraits des rois, des Tchikumbi…) ;
-    Documents écrits (traités imprimés et manuscrits, cartes géographiques, passeport français du Mâ Loango…).


Louis-Marie PANDZOU
Licencié en Langue et Littérature Françaises
(Université de Brazzaville, Congo)
Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure de Brazzaville (Congo)
Licencié de l’Université de Provence en activités culturelles et artistiques
Dans le domaine Arts, lettres, langues et civilisation
Professeur certifié des lycées
Membre de l’Association pour la  Promotion des Langues nationales (APROLAF)
Enseignant, linguiste et anthropologue
Médiateur culturel
Chargé de la communication
Musée Mâ Loango de DIOSSO
Tél. (+242) 538 20 64 / 951 20 36
Pointe-Noire
Congo




LA PLACE DES LANGUES VEHICULAIRES ET VERNACULAIRES

a)- Place des langues véhiculaires

Au Congo-Brazzaville, les langues véhiculaires sont au nombre de deux : le lingala et le kituba.
Elles sont dites aussi nationales à cause de leur caractère  « atribal » et aussi parce qu’elles sont comprises par la quasi-totalité des populations du nord au sud du Pays.
Le lingala et le kituba servent de trait d’union (ou pont) entre les locuteurs  des horizons différents, entre deux langues du pays qui ne sont pas inter compréhensibles.
Ils sont aussi des langues internationales parce qu’ils débordent le cadre national :
-          Le kituba est parlé au Congo et en RDC. En RDC, on l’appelle « kikongo ya l’Etat ».
-          Le lingala est parlé au Congo, en RDC et en Angola.

b)- Place des langues vernaculaires

Les langues vernaculaires sont des langues ethniques, parce qu’à chacune d’elles correspond une ethnie ou une tribu.
Certaines d’entre elles sont inter compréhensibles quand elles proviennent d’une même souche linguistique (ex : vili-yombé, soundi-dondo-kamba-hangala, kouyou-mbochi, téké-gangoulou…).
Les langues vernaculaires sont des langues du terroir. Elles ancrent de façon très restreinte l’individu dans un milieu : la tribu, le clan, le village…
Certaines langues vernaculaires sont transfrontalières : notre Pays les a en partage avec d’autres Pays frères.
C’est le cas :
-          Vili, pounou, loumbou, bouissi, nzabi, mbamba, mbeti, teke, bokiba, oumou, kota, fang…qui sont parlées au Congo et au Gabon.

-          Djem, bakouele, bomouali, lino… qui sont parlées au congo et au Cameroun.

-          Baya, bandja, moundjombo… parlées au Congo et en Centrafrique.

-          Yombé, kongo, dondo… parlées au Congo, en RDC et en Angola.

-          Pahouin ou Fang, parlées au Congo, au Cameroun, au Gabon et en Guinée équatoriale.

Toutes ces langues sont des langues bantoues. 







Exposition d’œuvres personnelles de l’artiste plasticienne Rhode Bath-Schéba Makoumbou

à l’Institut Français du Congo (IFC - ancien Centre Culturel Français) à Pointe-Noire, République du Congo.

Peintures et sculptures récentes.

Après une carrière internationale de dix ans avec plus de deux cent expositions personnelles et collectives dans le monde entier, Rhode Bath-Schéba Makoumbou présentera du jeudi 19 septembre au samedi 26 octobre une première exposition dans la capitale économique du Congo.

A l'occasion du Grand Prix des Arts et des Lettres qui lui a été décerné en 2012 par le Président de la République du Congo, l'artiste a également été décorée à titre exceptionnel dans l'Ordre du Dévouement Congolais au grade d'officier le 13 juillet 2013 par le Président Denis Sassou N'Guesso à l'ouverture du Festival Panafricain de Musique (Fespam).

Elle a un atelier à Bruxelles en Belgique depuis 2004, mais elle continue parallèlement à travailler à Brazzaville un ou deux mois par an.  



Du jeudi 19 septembre au samedi 26 octobre 2013.
Vernissage le mercredi 18 septembre à 19h (sur invitation en s'inscrivant à l'IFC).
Institut Français du Congo (IFC).
Rond-point Kassaï - Pointe-Noire - République du Congo.
Infos : +242 066 46 69 66
Email : direction@ifc-pointenoire.com
Site : http://www.ifc-pointenoire.com

Site de l'artiste : http://www.rhodemakoumbou.eu


Pages Facebook et Twitter : Rhode Bath-Schéba Makoumbou


En pièces jointes : biographie, photos (Photographes : Baudouin Mouanda et Marc Somville) et un article de Jeune Afrique.

Rhode Bath-Schéba Makoumbou

Rhode Bath-Schéba Makoumbou

Rhode Bath-Schéba Makoumbou

Rhode Bath-Schéba Makoumbou

Rhode Bath-Schéba Makoumbou






COLLOQUE INTERNATIONAL DU TRICENTENAIRE DE LA MORT DE KIMPA VITA (1706-2014)
Les participants sur le site de la bataille d'Ambwila, Angola

Les participants sur le site de la bataille d'Ambwila, Angola


A l’occasion du tricentenaire (1706-2014) de la mort de Kimpa Vita, la « Jeanne d’Arc  africaine » qui a farouchement résisté contre la colonisation portugaise, il vient de se tenir un Colloque international sous le thème « Kimpa Vita : entre Mémoire et Histoire ».
Cette grande rencontre a été organisée à Uige (ville située à près de 500 km de Luanda en terre angolaise) du 02 au 03 juillet 2014 par l’Université qui porte le nom de l’héroïne Kimpa Vita.
Deux moments importants ont marqué cette rencontre :
-          Le Colloque proprement dit avec les communications des participants et les débats fructueux qui s’en sont suivis ;
-          La visite du site de la bataille d’Ambuila (Ambwila) (bataille au cours de laquelle périt le Souverain et qui sonna le déclin du Royaume de Kongo).
Ce Colloque a réuni plusieurs éminences grises venues de : Angola, Congo-Brazzaville, République démocratique du Congo, Sao Tomé et Principe, France, Portugal, Brésil et Canada.
J’ai eu le bonheur et l’honneur d’y participer et d’y apporter ma modeste contribution.
                
Louis-Marie PANDZOU
Enseignant/ Chercheur
 Médiateur culturel
Musée Ma Loango de Diosso
              museenat.congo@yahoo.fr
            www.h2ogabon.blogspot.com/2012/10/activites-culturelles.html  


Sur le site de la bataille d'Ambwila, Angola

Université Kimpa Vita - Uige, Angola

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bienvenu(e) sur le site de H2OGabon (ONG).
Nous attendons vos commentaires.